Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

 

 

— Dis ? Tu m’aimes ? entendès-je une adolescente, derrière moi, demander à son petit ami alors que je regarde un film girly au cinéma.

Et le jeune garçon de lui répondre "oui", avant de la bécoter et louper la fin d’une projection sans surprise.

Je trouve amusant de voir les adolescents reproduire cette même danse de séduction que nous connaissions au même âge !

"La vie est un éternel recommencement" comme dit l’un de tes proverbes tant chéris.

Je m’aperçois pendant cette scène finale, que je me retrouve au milieu de couples venus ici plus pour embraser leur relation, que pour apprécier l’histoire. Alors je plonge ma main dans mon pop-corn, pour finir mon petit sachet, avant de rentrer à la maison, retrouver l’homme de ma vie actuelle : mon chat.

En arrivant chez moi, je range mon manteau dans l’armoire de l’entrée de mon appartement et une odeur, un parfum, me renvoie une vingtaine d’année en arrière, le jour où je t’ai demandé, déboussolée si toi tu m’aimais.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

Ce matin, j’ai regardé mon calendrier. J’ai un rendez-vous dans la semaine, mais je ne me souvenais plus si c’était mercredi ou jeudi. C’est jeudi.

Quand mon regard s’est posé sur ce bout de carton, il s’est automatiquement dirigé vers la date d’estimation du début de mon prochain cycle. C’était avant-hier. Pas de panique… je n’ai aucun des symptômes dont tu m’as parlé dus à la grossesse. Mais je vais surveiller son arrivée, car comme tu me disais toujours : « Ne parle jamais de symptômes de grossesse avec une autre femme. Parce que si tu n’en as ressenti aucun, elle va te maudire, si tu en as ressenti, tu maudiras des femmes qui pourraient pourtant s’avérer très sympa. »

Je sais que pour toi, les grossesses n’ont jamais été simples. Déjà tes deux premières fois qui ont fini en fausse-couche, avec hospitalisation pour hémorragie. Mais surtout la discussion que tu as eue avec ta mère qui, en voulant te réconforter, a plombé un peu plus ton humeur.

Te souviens-tu ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

Ce matin, au travail, ma chef se plaignait de sa fille tête en l’air.

— Toujours dans son monde, elle oublie à mesure qu’elle avance… il faut constamment être derrière son dos pour la fliquer. Ça devient usant à la longue !

J’ai souri. Elle m’a fait penser à toi. Mais elle a vu ma mine enjouée et elle l’a mal pris. Je l’ai rassurée en lui expliquant que c’était uniquement parce que j’avais été très proche d’une femme qui, comme sa fille, était lunaire.

— Ma fille n’est pas lunatique ! s’est-elle emportée, en faisant le même amalgame que ta mère, lorsque, en maternelle, elle n’avait pas compris le mot que ton institutrice avait utiliser pour te définir.

— Lunaire, pas lunatique, me suis-je empressée de rectifier. Elle est dans la lune, elle vit dans son monde.

— C’est ça, s’est-elle calmée.

Partagez sur FacebookPartagez sur Google PlusPartagez sur Twitter