Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Elle se tenait là, debout, face à moi. Elle était d’une étrange beauté. Une de celles qui ne sont pas reflétées par un physique, mais par une prestance. De ses doigts aussi agiles que les pattes d’une araignée lorsqu’elle tisse, qu’elle s’obstinait à contracter en griffes d’oiseau, naissait, de chaque côté de son corps, un long bras souple qu’elle agitait avec grâce.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ça y était, encore, elle était en colère. Pourquoi ? Allez savoir.
Moi qui la connaissais douce la majorité du temps, je savais pertinemment que ses colères étaient des plus dures. Je la haïssais quand elle faisait ça, je n’y comprenais rien. Je ne savais pas pourquoi, mais je savais quand et je savais comment.
D’abord elle entrait dans une pièce renversant quiconque et quoique ce soit sur son passage, en psalmodiant des horreurs, alors que cinq minutes avant elle ne disait rien et ne bougeait pas un cil. A ces instants ce n’était pas le moment de lui demander un service ou une autorisation, la réponse était non.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

flute-traversiere
Flute traversière © Gwen FI

Elle avait les plus belles mains qu’il m’avait été donné de voir. De longs doigts fins, qui paraissaient si fragiles, contournaient deux paumes, recouvertes de dentelle blanche, que j’aurais baisées des milliers de fois. Les ridules de ses articulations étaient presque invisibles et souvent je me laissais aller à penser à ses menottes longilignes, dont la douceur égalait la beauté.

Partagez sur FacebookPartagez sur Google PlusPartagez sur Twitter