Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

 

 

Cette nuit, j’ai dormi sur le bord du lit conjugal. Je ne voulais pas que mon mari me touche, me frôle, ne serait-ce qu’une seule fois dans la nuit. Mais il n’a rien tenté. Et ce matin, Junien reprend sa vie de tous les jours, sans se soucier d’hier. Je n’ai pas le droit de refuser ses avances puisque je suis sa femme. Il ne m’a pas forcée puisque je lui appratiens, il peut faire ce qu’il veut de moi quand il le veut. Alors il se lève, m’embrasse sur le front et va s’habiller.

Je dormais encore quand il a posé ses lèvres sur moi. Aussi, le contact de sa peau sur la mienne me réveille dans un sursaut de terreur. Je ne supporte plus son contact. Je veux qu’il me laisse. Me suis-je trompée dans mon jugement ? Est-il tel qu’Elise l’a toujours décrit ? Un monstre incapable d’aimer autre chose que ce qu’il crée ou qui que ce soit d’autre que lui-même ? Pourtant je n’arrive pas à me faire à cette idée. Il est Junien, le Junien qui a donné de l’importance à mon existence. Il est l’homme le plus fort que j’ai jamais vu. Il est imposant. C’est un homme, un vrai.

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

 

 

Un mois s’est écoulé avant que j’ose revenir aux soirées d’Elise. J’ai tout abandonné, ne me consacrant qu’à nourrir la peur que j’ai de mon mari. Sa passion dévorante dévore maintenant les sentiments que j'éprouve pour lui. Chaque jour ce qui reste d’amour se transforme en frayeur. Mais Elise est revenue me chercher. Elle a passé un temps inimaginable à me persuader de sortir. Elle a encore joué tous ses atouts pour me convaincre.

Ce sera la décision la plus difficile à avouer à mon mari. Je le regarde boire sa tisane framboise citron, quand il finit par me demander ce que j’ai. Je sursaute en entendant la voix impatiente de Junien s’engouffrer dans mes oreilles, mais je réussis à articuler une réponse.

— Junien, je vais retourner avec Elise ce soir faire les activités auxquelles je suis inscrite maintenant.

— Et alors ?

Je reste coi, moi qui m’attendais à une dispute, je ne sais plus quoi dire.

— Tu as payé pour ça non ?

— Oui.

— Alors finis ton année.

— D’accord.

Sur ces mots, je vais me préparer pour sortir ce soir.

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

 

 

A mon arrivée la maison de Bastien me surprend. Elle est d’une sobriété accueillante. Elle est remplie de baies vitrées, décorée par de nombreuses plantes vertes. Elle est petite mais extrêmement chaleureuse. Elle est si différente de celle de Junien. Autant l’une donne envie de vivre avec les autres dans la bonhomie, que l’autre respire l’autorité de son propriétaire, me rappelant mon devoir d’épouse soumise.

— Elle n’est pas clinquante, mais c’est ma maison.

— Ne dis pas ça ! Je la trouve charmante.

— Suis moi, je vais te montrer ta chambre.

Plus nous nous enfonçons dans la maison, plus je me sens en sécurité. Cet endroit est plus chaleureux que tous les autres où je suis allée jusqu’à ce jour. La maison est plan pied et la chambre vite atteinte. Et là aussi je suis surprise par la touche avenante qu’elle possède. Elle est simple pourtant. Les murs sont blancs avec quelques motifs contemporains sur les murs. Les meubles sont en faux bois, donnant une impression de vie avant mon arrivée tout en laissant apparaître une certaine jeunesse. Le lit est grand et la draperie grise et noire, faisant un contraste bien négocié entre les murs et le lit. Mais par dessus tout il y a un sentiment de sécurité qui flotte. Je ne sais d’où il vient, mais je suis heureuse qu’il m’accompagne jusque là.

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

 

 

Deux ans se sont écoulés. J’ai entamé une procédure de divorcer qui n’est pas encore terminée. J’ai oublié ma vie tumultueuse avec Junien. Je n’ai pas porté plainte contre lui et ai demandé le divorce en prenant toutes les fautes à ma charge. Personne ne saura jamais rien de cette vie si ce n’est les personnes qui m’ont soutenue.

Ce matin, je me suis réveillée, comme depuis ces deux dernières années, entre les bras de Bastien. Je n’ai rien d’extraordinaire, je suis une femme quelconque. D’ailleurs, je n’ai intéressé dans ma vie que Junien et Bastien. Mais tout deux éprouvent un amour fou pour moi.

Au début, Bastien a eu peur que Junien me poursuive, mais je l’ai rassuré. Et effectivement, Junien n’a rien tenté. La dernière fois que nous nous sommes vus au tribunal pour le divorce, il a même sourit à Bastien de façon très amicale. Bastien se méfie quand même, mais Junien suit simplement la procédure administrative que notre séparation impose.

C’est cette phrase que Junien lui a glissée à l’oreille alors qu’ils sortaient en même temps de la cour qui n’arrive pas à sortir de sa tête.

« Ambre est à moi, et le plus amusant, c’est que je n’aurai rien besoin de faire pour qu’elle revienne à moi. Elle le fera d’elle-même… et ce jour là, non seulement je serai là pour la récupérer, mais en plus, ni toi ni cette salope d’Elise ne pourrez plus l’approcher. Ce jour là, elle sera à moi et à moi seul ». Il a poursuivi par un « évidemment, elle devra répondre de son affront, mais promis, je ne la tuerai pas ».

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

 

 

Ce matin là, comme tous les autres, je bois ma tisane Framboise citron avant d’amener ma petite Marie à la crèche. C’est un beau mardi de printemps. Il fait bon. Pourtant, sur le chemin de retour de la garderie, je pars dans mes pensées. Je me remémore mon passé, la passion oubliée qui a rempli ma vie chaque jour passé aux côté de Junien. Bastien est un excellent époux, mais il n’a pas autant de caractère que Junien, je ne nourris pas autant d’ardeur pour mes sentiments envers lui. Je l’aime bien, même si je sais qu’il aurait espéré plus. J’essaie, chaque jour, de combler ce manque d’affection pour lui par des mots gentils et beaucoup de tendresse, mais mon regard me trahit et Bastien en souffre en silence.

Partagez sur FacebookPartagez sur Google PlusPartagez sur Twitter